Les métiers de l'enfance

En savoir plus sur les professionnels qui encadrent vos enfants sur le temps périscolaires et extra scolaires : ATSEM, animateurs...

Dans le magazine municipal St-Julien info du printemps 2021 la Commune a consacré une page aux métiers d'ATSEM et d'animateurs, retrouvez ici cet article.

A l’école il y a les enseignants, mais aussi les ATSEM et les animateurs périscolaires qui jouent un rôle prépondérant auprès des enfants : ils les accompagnent dans leurs apprentissages et adoucissent l’impact de la Covid.

Hélène Perrin est Directrice de l’accueil périscolaire maternel à l’École Nelson Mandela. Elle est responsable de la structure d’accueil des enfants et travaille avec une équipe de cinq animatrices. "Nous avons 3 temps forts d’accompagnement des enfants : dès 7 h 30 et jusqu’à 8 h 30, puis de 11 h 05 jusqu’à la fin de la pause méridienne à 13 h 35, et enfin de 15 h 30 à 18 h 15. Le reste du temps est consacré à la préparation des animations et à la gestion administrative". L’enjeu est de créer le contexte favorable pour la socialisation, la prise d’autonomie des enfants, qu’ils puissent évoluer dans un cadre serein et sachent où trouver de l’aide si besoin.

« C’est un métier de vigilance qui réclame de la compréhension et de l’empathie. Il est important de reconnaître les besoins des enfants pour y apporter une réponse efficace », précise Hélène Perrin. Avec la crise sanitaire les interactions entre enfants se compliquent, mais l’équipe maintient une dynamique.

De leur côté, les ATSEM (Agent Territorial Spécialisé des Écoles Maternelles) interviennent pendant le temps scolaire : elles aident les maîtresses avec toujours le même axe cohérent : la quête de l’autonomie. Amandine Paillié, qui intervient dans l’ensemble des groupes scolaires de St-Julien, raconte : "Le matin à 7 h 30 nous nous coordonnons avec la maîtresse et toute la journée nous accompagnons les enfants pour les apprentissages aussi bien de l’autonomie que scolaires, mais aussi pour la propreté, l’habillage, les repas… Chaque moment est  l’occasion d’une découverte ou d’un  apprentissage  !"  Les ATSEM restent avec les enfants jusqu’à 16 h 30. Pendant les temps périscolaires, elles sont aussi animatrices : jeux dans la cour pour se défouler ou animations pendant le repas sont fréquents. "A partir de 15 h 30 nous soutenons l’équipe d’animation avec du théâtre, du bricolage, des jeux collectifs ou de motricité", poursuit Amandine Paillié. Avec la crise sanitaire les enfants ne comprennent pas toujours pourquoi ils ne peuvent plus jouer avec tous les copains. "Mais nous faisons notre métier, nous comptons pour eux et ça reste gratifiant de les voir grandir, évoluer".

Comment accompagner l’enfant dans la gestion de ses émotions ?

Tout au long de l’année, les animateurs bénéficient de temps de formation pour élargir leur champ de compétences. Face aux difficultés comportementales de certains enfants, exacerbées par les contraintes de la crise sanitaire de la COVID, les équipes des sites périscolaires et extrascolaires ont bénéficié d’une formation pour accompagner l’enfant dans la gestion de ses émotions.

Les animateurs ont formulé la demande pour disposer d’outils et de méthodes efficaces nécessaires à la gestion des conflits et des troubles de comportement de certains enfants. Après avoir recensé les besoins de chaque site périscolaire, 40 agents ont pu se former en avril avec Marion Besserer « Coach en approche empathique de l’enfant ».

Des objectifs et des méthodes pour mieux gérer les conflits et les émotions des plus jeunes

Comment accompagner l’enfant dans sa gestion des émotions ? Comment agir face à une situation où l’enfant, le groupe, montent en violence ? Quelles méthodes pour une réponse efficace et rapide sur le terrain ?

La formation a permis à chacun d’avoir des réponses à ces objectifs grâce à un programme abordant les bases du développement du cerveau de l’enfant pour mieux le comprendre, la posture pour cultiver la bienveillance et les outils à utiliser pour anticiper et éviter les conflits.

Ce que les animateurs ont appris

Beaucoup de notions ont été intégrées dont :

  • L’accompagnement bienveillant
  • Les moyens pour communiquer avec un enfant renfermé
  • La gestion des enfants qui ne veulent pas manger
  • Le désamorçage des montées d’insécurité intérieure qui mènent à la violence
  • Les principes pour éviter la diffusion de la violence dans un groupe
  • L’accompagnement de l’enfant porteur de handicap et le travail autour de l’acceptation par les autres de la différence
  • La préparation de l’enfant pour qu’il rejoigne son groupe le plus calmement possible.

Le retour général des agents est très positif avec le sentiment d’avoir reçu une réelle plus - value pour mieux comprendre les enfants avec des troubles du comportement et pour bien gérer les situations conflictuelles.