Demande d'acte de décès

⚠ Pour réaliser votre demande, cliquer sur "téléservice↗️

Qui doit payer les frais d'obsèques ?

Les frais d'obsèques sont prélevés sur l'actif de la succession du défunt. Si le solde est insuffisant, les héritiers sont tenus de payer, même s'ils renoncent à la succession.

    Cas général

    Héritiers qui ont accepté la succession

    Acceptation de la succession

    Les héritiers doivent payer les frais d'obsèques, peu importe l'existence ou l'absence de liens affectifs.

    Ils peuvent demander à la banque du défunt de prélever les sommes avancées sur ses comptes, dans la limite de 5 000 €. Ils doivent présenter la facture réglée.

    Si le solde des comptes est insuffisant, les frais sont répartis entre les héritiers, en proportion de la valeur de ce que chacun recueille dans la succession.

    Les héritiers doivent se mettre d'accord devant le notaire, si son recours est obligatoire (particuliers), ou entre eux.

    En l'absence d'accord, c'est le JAF qui fixe cette répartition.

    Celui qui signe le contrat avec la société de pompes funèbres doit régler seul la facture. Il dispose ensuite d'un recours contre les autres cohéritiers pour se faire rembourser.

    En l'absence d'accord amiable, il peut saisir :

    • un huissier pour une sommation de payer ou une procédure de recouvrement des petites créances

    • ou le JAF.

    À noter

    si celui qui a réglé la facture n'est pas héritier (un concubin ou un ami par exemple), il peut se faire rembourser par les héritiers. Il peut utiliser une injonction de payer (particuliers).

      Renonciation à la succession

      Les héritiers (ascendants et descendants) doivent payer les frais funéraires, même s'ils renoncent à la succession.

      Si le solde bancaire est insuffisant, leur part est calculée à hauteur de leurs ressources.

      Si les membres de la famille ne sont pas d'accord entre eux, il faut saisir le JAF.

      Celui qui signe le contrat avec la société de pompes funèbres doit régler seul la facture. Il dispose ensuite d'un recours contre les autres cohéritiers pour se faire rembourser.

      En l'absence d'accord amiable, il peut saisir :

      • un huissier pour une sommation de payer ou une procédure de recouvrement des petites créances

      • ou le JAF.

      À noter

      si celui qui a réglé la facture n'est pas héritier (un concubin ou un ami par exemple), il peut se faire rembourser par les héritiers. Il peut utiliser une injonction de payer (particuliers).

        Assurances

        Il faut vérifier si le défunt avait souscrit un contrat d'assurance pour le paiement de ses obsèques.

        Si c'est le cas, la personne désignée dans le contrat reçoit une somme d'argent qui permet de payer tout ou partie des obsèques.

        Contrat d'assurance décès

        Il permet à la personne désignée comme bénéficiaire par le souscripteur du contrat de recevoir un capital.

        Il n'y a pas obligation d'utiliser cette somme à l'organisation des obsèques.

        Contrat d'assurance obsèques

        En vue du financement des obsèques, ce contrat permet le versement d'un capital à une personne désignée comme bénéficiaire par le souscripteur ou à une société de pompes funèbres.

        Ce contrat ne prévoit pas les prestations funéraires. Il ne couvre pas forcément la totalité du coût des obsèques.

        Contrat obsèques

        Il permet de financer et d'organiser les funérailles. Il précise les conditions des obsèques (prestations funéraires par exemple) et leur coût.

        Ce type de contrat soulage la famille du défunt de certaines démarches et frais (service religieux, annonce dans la presse...).

        Capital-décès et aides complémentaires

        Capital-décès de la Sécurité sociale

        Le capital-décès du régime général (particuliers) est une indemnité qui est versée à la famille du défunt par la Sécurité sociale, à condition qu'il ait été salarié. Il faut le demander.

        Capital-décès d'un fonctionnaire

        C'est un capital versé aux ayants droit d'un fonctionnaire décédé. Le fonctionnaire devait être en activité.

        Il faut le demander auprès de l'administration employeur (particuliers) du fonctionnaire décédé.

        Remboursement de la Cnav

        La Caisse nationale d'assurance vieillesse des travailleurs salariés (Cnav) peut rembourser une partie des frais d'obsèques si elle doit encore de l'argent au défunt (arriéré de pension de retraite). Ce remboursement est plafonné à 2 286,74 €.

        Pour en bénéficier, il suffit de présenter la facture des frais d'obsèques et l'acte de décès.

        À savoir

        être héritier ou ayant droit n'est pas nécessaire pour se faire rembourser.

        Organismes complémentaires

        Vous pouvez, dans certains cas, bénéficier d'une aide pour payer une partie des frais d'obsèques. Vous devez contacter directement les organismes auxquels le défunt était affilié :

        • Caisse de retraite complémentaire

        • Mutuelle

        Mairie

        Si la famille du défunt n'a pas des ressources suffisantes, la commune du lieu de décès doit prendre en charge les frais d'obsèques. Dans ce cas, c'est la mairie qui choisit l'organisme de pompes funèbres.

        C'est le maire qui évalue l'insuffisance de ressources.

        Où s’adresser ?

        Mairie

        En cas de décès accidentel

        Les proches du défunt peuvent, en fonction des circonstances de l'accident, obtenir le remboursement des frais d'obsèques par divers organismes.

        Décès provoqué par un accident de la circulation

        Le responsable de l'accident est identifié 

        Les assurés sont indemnisés par leur propre assureur dans la plupart des cas. Ils bénéficient d'accords entre les assureurs.

        Si la personne est décédée dans un accident, et si la responsabilité d'un tiers est retenue, il est possible d'obtenir une indemnisation du responsable.

        L'assureur doit proposer aux proches du défunt une offre d'indemnisation qu'ils sont libres d'accepter ou de refuser.

        Si les proches refusent la proposition de l'assureur, ils peuvent saisir le tribunal pour demander une réparation des préjudices qu'ils subissent du fait du décès.

        Le responsable de l'accident peut être condamné à verser à la famille de la victime décédée des dommages et intérêts. La somme intègre les frais liés aux obsèques et à la sépulture (achat d'une concession ou restauration d'un caveau existant par exemple).

        Le responsable n'est pas identifié ou il n'est pas assuré

        Vous devez demander une indemnisation au fonds de garantie des assurances obligatoires (FGAO) (particuliers). Les frais d'obsèques sont alors compris dans l'indemnisation.

        Où s’adresser ?

        Fonds de garantie - Sarvi

        Décès dû à un accident du travail ou une maladie professionnelle

        Prise en charge des frais funéraires par la Sécurité sociale

        En cas de décès suite à un accident du travail ou une maladie professionnelle, les ayants droit peuvent obtenir de la CPAM le remboursement des frais funéraires et des frais de transport du corps.

        Ces 2 types de frais sont remboursés dans la limite de 1 714,00 €.

        Les frais de transport du corps sont pris en charge si la victime est décédée lors d'un déplacement professionnel et est inhumée en France.

        Contactez votre CPAM soit directement, soit par la messagerie de votre compte Ameli.

      • Ameli en ligne - Téléservice
      • Attention

        cette prise en charge s'applique aux personnes affiliées au régime général de la Sécurité sociale.

        Garanties de prévoyance

        Cas général

        La couverture est prévue par les conventions et accords collectifs de branche ou professionnels.

        La loi ne prévoit pas de garantie minimale.

          Garanties complémentaires

          Des garanties supplémentaires peuvent être souscrites par l'employeur et couvrir le remboursement des frais d'obsèques.

            Décès provoqué par une infraction pénale (exemple : violences)

            Cas général

            Lorsque le décès entraîne l'ouverture d'une enquête de police ou d'une information judiciaire (particuliers) devant un juge d'instruction, les proches de la victime peuvent se constituer parties civiles (particuliers).

            Si le ou les auteurs sont condamnés, les parties civiles peuvent obtenir des dommages et intérêts permettant de compenser leurs différents préjudices.

            En cas d'insolvabilité du condamné, les parties civiles doivent s'adresser au service d'aide et de recouvrement des victimes d'infractions (Sarvi).

            Où s’adresser ?

            Fonds de garantie - Sarvi

            Ce service transmet la demande au Fonds de garantie des victimes des actes de terrorisme et d'autres infractions (FGTI). Il peut remplacer le condamné défaillant dans la limite de 3 000 €.

              Acte de terrorisme

              Le fonds de garantie des victimes des actes de terrorisme et d'autres infractions (FGTI) indemnise les préjudices moraux et économiques des proches des victimes décédées, comme les frais d'obsèques.

              Où s’adresser ?

              Fonds de garantie - Sarvi

              Où s'adresser ?

              Fonds de garantie des victimes des actes de terrorisme et d'autres infractions

              Fonds de garantie des victimes des actes de terrorisme

              Indemnise les victimes d'actes de terrorisme et d'autres infractions.

              Par téléphone

              +33 (0)1 43 98 77 00

              Par messagerie

              Accès au formulaire de contact

              Par courrier

              64, rue Defrance

              94682 Vincennes Cedex

              Par télécopie

              +33 (0)1 43 65 46 38

              Mairie

              Pour s'informer

              Caisse primaire d'assurance maladie (CPAM)

              Caisse primaire d'assurance maladie (CPAM)

              Assurance Banque Épargne Info Service

              Assurance-Banque-Epargne Info Service

              Pour en savoir plus

              Références

              Qui doit payer les frais d'obsèques ?

              Les frais d'obsèques sont prélevés sur l'actif de la succession du défunt. Si le solde est insuffisant, les héritiers sont tenus de payer, même s'ils renoncent à la succession.

                Cas général

                Héritiers qui ont accepté la succession

                Acceptation de la succession

                Les héritiers doivent payer les frais d'obsèques, peu importe l'existence ou l'absence de liens affectifs.

                Ils peuvent demander à la banque du défunt de prélever les sommes avancées sur ses comptes, dans la limite de 5 000 €. Ils doivent présenter la facture réglée.

                Si le solde des comptes est insuffisant, les frais sont répartis entre les héritiers, en proportion de la valeur de ce que chacun recueille dans la succession.

                Les héritiers doivent se mettre d'accord devant le notaire, si son recours est obligatoire (particuliers), ou entre eux.

                En l'absence d'accord, c'est le JAF qui fixe cette répartition.

                Celui qui signe le contrat avec la société de pompes funèbres doit régler seul la facture. Il dispose ensuite d'un recours contre les autres cohéritiers pour se faire rembourser.

                En l'absence d'accord amiable, il peut saisir :

                • un huissier pour une sommation de payer ou une procédure de recouvrement des petites créances

                • ou le JAF.

                À noter

                si celui qui a réglé la facture n'est pas héritier (un concubin ou un ami par exemple), il peut se faire rembourser par les héritiers. Il peut utiliser une injonction de payer (particuliers).

                  Renonciation à la succession

                  Les héritiers (ascendants et descendants) doivent payer les frais funéraires, même s'ils renoncent à la succession.

                  Si le solde bancaire est insuffisant, leur part est calculée à hauteur de leurs ressources.

                  Si les membres de la famille ne sont pas d'accord entre eux, il faut saisir le JAF.

                  Celui qui signe le contrat avec la société de pompes funèbres doit régler seul la facture. Il dispose ensuite d'un recours contre les autres cohéritiers pour se faire rembourser.

                  En l'absence d'accord amiable, il peut saisir :

                  • un huissier pour une sommation de payer ou une procédure de recouvrement des petites créances

                  • ou le JAF.

                  À noter

                  si celui qui a réglé la facture n'est pas héritier (un concubin ou un ami par exemple), il peut se faire rembourser par les héritiers. Il peut utiliser une injonction de payer (particuliers).

                    Assurances

                    Il faut vérifier si le défunt avait souscrit un contrat d'assurance pour le paiement de ses obsèques.

                    Si c'est le cas, la personne désignée dans le contrat reçoit une somme d'argent qui permet de payer tout ou partie des obsèques.

                    Contrat d'assurance décès

                    Il permet à la personne désignée comme bénéficiaire par le souscripteur du contrat de recevoir un capital.

                    Il n'y a pas obligation d'utiliser cette somme à l'organisation des obsèques.

                    Contrat d'assurance obsèques

                    En vue du financement des obsèques, ce contrat permet le versement d'un capital à une personne désignée comme bénéficiaire par le souscripteur ou à une société de pompes funèbres.

                    Ce contrat ne prévoit pas les prestations funéraires. Il ne couvre pas forcément la totalité du coût des obsèques.

                    Contrat obsèques

                    Il permet de financer et d'organiser les funérailles. Il précise les conditions des obsèques (prestations funéraires par exemple) et leur coût.

                    Ce type de contrat soulage la famille du défunt de certaines démarches et frais (service religieux, annonce dans la presse...).

                    Capital-décès et aides complémentaires

                    Capital-décès de la Sécurité sociale

                    Le capital-décès du régime général (particuliers) est une indemnité qui est versée à la famille du défunt par la Sécurité sociale, à condition qu'il ait été salarié. Il faut le demander.

                    Capital-décès d'un fonctionnaire

                    C'est un capital versé aux ayants droit d'un fonctionnaire décédé. Le fonctionnaire devait être en activité.

                    Il faut le demander auprès de l'administration employeur (particuliers) du fonctionnaire décédé.

                    Remboursement de la Cnav

                    La Caisse nationale d'assurance vieillesse des travailleurs salariés (Cnav) peut rembourser une partie des frais d'obsèques si elle doit encore de l'argent au défunt (arriéré de pension de retraite). Ce remboursement est plafonné à 2 286,74 €.

                    Pour en bénéficier, il suffit de présenter la facture des frais d'obsèques et l'acte de décès.

                    À savoir

                    être héritier ou ayant droit n'est pas nécessaire pour se faire rembourser.

                    Organismes complémentaires

                    Vous pouvez, dans certains cas, bénéficier d'une aide pour payer une partie des frais d'obsèques. Vous devez contacter directement les organismes auxquels le défunt était affilié :

                    • Caisse de retraite complémentaire

                    • Mutuelle

                    Mairie

                    Si la famille du défunt n'a pas des ressources suffisantes, la commune du lieu de décès doit prendre en charge les frais d'obsèques. Dans ce cas, c'est la mairie qui choisit l'organisme de pompes funèbres.

                    C'est le maire qui évalue l'insuffisance de ressources.

                    Où s’adresser ?

                    Mairie

                    En cas de décès accidentel

                    Les proches du défunt peuvent, en fonction des circonstances de l'accident, obtenir le remboursement des frais d'obsèques par divers organismes.

                    Décès provoqué par un accident de la circulation

                    Le responsable de l'accident est identifié 

                    Les assurés sont indemnisés par leur propre assureur dans la plupart des cas. Ils bénéficient d'accords entre les assureurs.

                    Si la personne est décédée dans un accident, et si la responsabilité d'un tiers est retenue, il est possible d'obtenir une indemnisation du responsable.

                    L'assureur doit proposer aux proches du défunt une offre d'indemnisation qu'ils sont libres d'accepter ou de refuser.

                    Si les proches refusent la proposition de l'assureur, ils peuvent saisir le tribunal pour demander une réparation des préjudices qu'ils subissent du fait du décès.

                    Le responsable de l'accident peut être condamné à verser à la famille de la victime décédée des dommages et intérêts. La somme intègre les frais liés aux obsèques et à la sépulture (achat d'une concession ou restauration d'un caveau existant par exemple).

                    Le responsable n'est pas identifié ou il n'est pas assuré

                    Vous devez demander une indemnisation au fonds de garantie des assurances obligatoires (FGAO) (particuliers). Les frais d'obsèques sont alors compris dans l'indemnisation.

                    Où s’adresser ?

                    Fonds de garantie - Sarvi

                    Décès dû à un accident du travail ou une maladie professionnelle

                    Prise en charge des frais funéraires par la Sécurité sociale

                    En cas de décès suite à un accident du travail ou une maladie professionnelle, les ayants droit peuvent obtenir de la CPAM le remboursement des frais funéraires et des frais de transport du corps.

                    Ces 2 types de frais sont remboursés dans la limite de 1 714,00 €.

                    Les frais de transport du corps sont pris en charge si la victime est décédée lors d'un déplacement professionnel et est inhumée en France.

                    Contactez votre CPAM soit directement, soit par la messagerie de votre compte Ameli.

                  • Ameli en ligne - Téléservice
                  • Attention

                    cette prise en charge s'applique aux personnes affiliées au régime général de la Sécurité sociale.

                    Garanties de prévoyance

                    Cas général

                    La couverture est prévue par les conventions et accords collectifs de branche ou professionnels.

                    La loi ne prévoit pas de garantie minimale.

                      Garanties complémentaires

                      Des garanties supplémentaires peuvent être souscrites par l'employeur et couvrir le remboursement des frais d'obsèques.

                        Décès provoqué par une infraction pénale (exemple : violences)

                        Cas général

                        Lorsque le décès entraîne l'ouverture d'une enquête de police ou d'une information judiciaire (particuliers) devant un juge d'instruction, les proches de la victime peuvent se constituer parties civiles (particuliers).

                        Si le ou les auteurs sont condamnés, les parties civiles peuvent obtenir des dommages et intérêts permettant de compenser leurs différents préjudices.

                        En cas d'insolvabilité du condamné, les parties civiles doivent s'adresser au service d'aide et de recouvrement des victimes d'infractions (Sarvi).

                        Où s’adresser ?

                        Fonds de garantie - Sarvi

                        Ce service transmet la demande au Fonds de garantie des victimes des actes de terrorisme et d'autres infractions (FGTI). Il peut remplacer le condamné défaillant dans la limite de 3 000 €.

                          Acte de terrorisme

                          Le fonds de garantie des victimes des actes de terrorisme et d'autres infractions (FGTI) indemnise les préjudices moraux et économiques des proches des victimes décédées, comme les frais d'obsèques.

                          Où s’adresser ?

                          Fonds de garantie - Sarvi

                          Où s'adresser ?

                          Fonds de garantie des victimes des actes de terrorisme et d'autres infractions

                          Fonds de garantie des victimes des actes de terrorisme

                          Indemnise les victimes d'actes de terrorisme et d'autres infractions.

                          Par téléphone

                          +33 (0)1 43 98 77 00

                          Par messagerie

                          Accès au formulaire de contact

                          Par courrier

                          64, rue Defrance

                          94682 Vincennes Cedex

                          Par télécopie

                          +33 (0)1 43 65 46 38

                          Mairie

                          Pour s'informer

                          Caisse primaire d'assurance maladie (CPAM)

                          Caisse primaire d'assurance maladie (CPAM)

                          Assurance Banque Épargne Info Service

                          Assurance-Banque-Epargne Info Service

                          Pour en savoir plus

                          Références