Commémoration

Cérémonie de commémoration du 8 mai

La cérémonie commémorative du 76e anniversaire de la victoire du 8 mai 1945 a eu lieu au monument aux morts.

Dans le cadre de la cérémonie de la Victoire du 8 mai 1945, la Commune a souhaité rendre hommage au rôle des femmes durant la résistance à travers une exposition.

 

Discours de la cérémonie : 

Nous sommes réunis en ce jour devant le Monument aux morts pour commémorer ensemble l’armistice du 8 mai 1945 qui mit fin à 5 ans de conflit en Europe. Cette guerre aura été la plus meurtrière avec près de 60 millions de morts. Elle sera à jamais entachée par le génocide de 6 millions de juifs. 

En France, près de 600 000 personnes ont perdu la vie, dont 350 000 victimes civiles.

Il aura fallu tout le courage, la détermination et les sacrifices des Forces alliées, des Forces Françaises libres et de l’ensemble des mouvements de résistance pour mettre fin au joug mortifère du nazisme.

Malgré l’occupation de la France, les réseaux de résistance commencent à s’organiser dès l’armistice du 22 juin 1940 signée par le Maréchal Pétain avec le IIIème Reich. Des hommes et des femmes embrassent un même choix : le refus de l’inacceptable, la lutte contre l’occupant. Nous leur devons à tous une immense reconnaissance et le devoir de mémoire pour ne jamais oublier que la paix dont nous avons l’héritage a un prix sans égal.

Parce que leur rôle dans la seconde guerre mondiale est plus méconnu, je souhaite aujourd’hui rendre un hommage particulier aux femmes qui ont choisi de défendre la liberté au prix de leur vie. 

Lorsque le Général de Gaulle créé le Corps des volontaires françaises en 1940, 430 femmes s’engagent pour toute la durée de la guerre. Elles sont affectées à différentes unités comme ambulancières, comme infirmières. Plus tard, au cours du conflit, certaines femmes combattront de l’Italie à l’Allemagne.

Des milliers d’autres entrent en résistance.

Alors qu’elles n’ont pas encore le droit de vote et qu’elles subissent de graves restrictions à leur liberté sous le régime pétainiste, les femmes prennent une part active et essentielle dans la résistance. On considère qu’elles représentent 10 à 16% des résistants et près de 15% des déportés politiques.

Ces combattantes de l’ombre ou encore appelées combattantes sans armes ont joué un rôle stratégique pendant la seconde guerre mondiale au péril de leur vie, notamment comme dactylos, « boîtes aux lettres », hébergeuses et agents de liaison.

En Haute-Savoie, leur contribution pour la libération est grande. En mars 1944, le lieutenant Théodose Morel, chef du Maquis des Glières adresse à certaines d’entre elles ce message d’hommage : « Tous les espoirs sont permis tant qu’il y aura des filles de France pour faire ce que vous faites ».

Elles aussi ont payé un lourd tribu pour leur dévouement : arrestations brutales par la Gestapo, tortures, mesures d’internement, condamnations à mort et envois massifs dans les camps. Le camp de Ravensbrück est tristement célèbre pour avoir interné un effectif de 5000 françaises dont bon nombre de résistantes.

La Municipalité a souhaité rendre hommage au travers de l’exposition « Les Femmes dans la Résistance » aux héroïnes de guerre de notre territoire qui ont écrit chacune à leur façon un chapitre de la victoire du 8 mai 1945.  

Au-delà de la paix, elles ont légué un bien précieux à toutes les femmes de France : une citoyenneté reconnue.  Ce sont elles qui ont ouvert la voie au droit de vote et à l’éligibilité des femmes en France le 21 avril 1944. Il nous revient de garder précieusement ces acquis, de continuer à faire de l’égalité une belle valeur de notre République.

Je vous invite à présent à découvrir l’exposition « Les Femmes dans la résistance » qui est loin d’être exhaustive mais qui vous donnera un humble aperçu de l’engagement exemplaire de ces femmes résistantes.