Un nouveau quartier autour des transports publics

Des objectifs et enjeux au service de la mobilité durable

La Communauté de communes du Genevois, en partenariat avec la ville de Saint-Julien, projette la mise en place d’un pôle d’échanges multimodal à proximité de la gare de Saint-Julien. 

Cet équipement d’envergure permettra de réorganiser les mobilités à l’échelle du territoire de la Communauté de communes et de limiter le trafic de transit dans Saint-Julien.

quartier gare 
©Drone I2N

Il sera accompagné d’un véritable projet urbain à l’échelle du quartier de la gare. La réalisation d’un pôle d’échanges multimodal répond à plusieurs enjeux majeurs : 

  • Mieux structurer les infrastructures pour accompagner l’augmentation de l’offre de transport public ; 
  • Faciliter la connexion des différents modes de déplacements : parking automobile d’une capacité d’environ 500 places, gare routière pour les bus et cars, tramway en direction de Genève, stationnements pour les cycles, proximité de la gare… ;
  • Développer l’offre de logement pour tous : logements sociaux et abordables 
  • Développer des activités économiques et des services pour renforcer l’attractivité du quartier ;

 

Un nouveau quartier connecté à la ville

La volonté est de proposer un quartier se composant autour d’espaces publics généreux. 

Ce nouveau quartier se développera autour du futur pôle d’échanges multimodal et de la rivière Arande, dont les berges seront renaturées et mises en valeur : une séquence d’espaces publics plantés suivra le fil de la rivière. Des voies cycles seront mises en place, et permettront d’améliorer la progression des modes doux en reliant le quartier de la gare au centre-ville de Saint-Julien et aux entrées de ville.  

plan de principe
©Agence Buro

 La programmation du quartier n’est pas encore figée : selon les scénarii étudiés, ce projet prévoit entre 300 et 340 logements ,environ 9000 m2 d’activités (commerces, services…),  près de 6000 m2 dédiés aux activités  tertiaires (bureaux, hôtel) et 700 m2 d’équipements publics.  Les constructions qui devraient commencés à l’horizon 2019 s’étaleront sur plusieurs années, selon un rythme de construction maitrisé à l’échelle de la commune.